• acquisition de la propreté

     L'acquisition de la propreté

    Dans notre culture occidentale, l'acquisition de la propreté, particulièrement valorisée est une étape

    importante du développement corporel et social du jeune enfant.

     

    1-Quel est le  bon moment pour l'enfant d'acquérir la propreté ?

    Quand maturité physique et psycho affective sont réunies, l' enfant peut intégrer la maîtrise 

     sphinctérienne comme une acquisition positive.Celle ci est alors sourced'harmonie et d'équilibre dans 

    son développement comme toutes les autres acquisitions psychomotricesqu'il a pu faire. 

    Maturité physique 

     Elle a lieu quand s'achève la maturation des terminaisons nerveuses de la moelle épinière.

     Le moment peut être repéré grâce aux acquisitions motrices :l'enfant monte et descend un escalier

    pieds alternés; il marche sur la pointe des pieds..En moyenne: l'enfant de 15 mois monte l'escalier à 4 pattes

    l'enfant de 18 mois monte et descend l'escalier main tenue,l'enfant de 2 ans monteet descend l'escalier seul .

    En règle générale, la propreté diurne survient en premier.La maitrise sphinctérienne pendant le sommeil

    apparaît un peu plus tard ( jusqu'à quelques mois): soit les siestes puis les nuits, soit l'intégralité des temps de

    sommeil simultanément. 

    Maturité spycho affective : l' enfant désire " être propre" c'est à dire grandir, être autonome,

    s'inclure socialement.Il arrive à dépasser l'ambivalence de son désir d'être à la fois indépendant

    et materné.Le moment peut être repéré au niveau du langage.Il est capable de dire moi "je": il se

    perçoit en tant qu'individu. 

    2-Quels sont les enjeux de  la propreté ?
    Comme dans tous les processus de développement, l'enfant est pris dans une double ambivalence:
    • Vouloir grandir/vouloir rester petit
    • Satisfaire les désirs de ses parents ou s'y opposer/s'affirmer dans leurs propres désirs.
    L' enfant libre
    S'il en a la possibilité, l'enfant va dépasser positivement ces ambivalences après les avoir
    explorées affectivement .Ainsi, alors qu'il a montré sa capacité à maitriser ses sphincters, il
    peut demander à ce qu'on lui remettre une couche, ou faire délibérément pipi dans sa culotte.
    C'est cette exploration qui lui donne le temps de renoncer définitivement à être petit, de ressentir le plaisir
    de grandir et d'accroître sa confiance en lui.
    Pour les adultes, il peut être difficile d'accepter ces comportements transitoires car ils sont vécus comme
    regressifs ou dirigés contre eux, car ils les questionnent sur leurs capacités d'accompagnement: " le cadre et
    les limites sont-ils suffisants?"C'est la confiance que l'on a en l'enfant qui est peut être en jeu, mais aussi la
    confiance en soi même, adulte, professionnel ou parent.
    L' enfant contraint:
    A l'inverse, quand le désir parental de propreté est si fort qu'il devient une injonction, il n'y a
    plus de place pour la liberté de l'enfant.En devenant propre dans ce contexte et malgré une
    apparente acquisition d'autonomie, l'enfant ne concrétise pas réellement un processus de
    grandissement personnel: il est contraint de satisfaire le désir de ses parents ou de s'y opposer, il n'a pas d'
    autres choix.
    Le vécu de cette contrainte peut être à l'origine d'une énurésie secondaire, d'une encoprésie....
    L' enfant a beaucoup de fantasmes autour de ce que sont les excréments.Les attitudes contradictoires des
    adultes à ce sujet rajoutent de la confusion.Ainsi on peut observer cette attitude contradictoire quand on
    félicite l'enfant " pour son beau caca" et que l'on jette sa selle ou encore quand on traite  de "caca" tout ce
    qui est sale ou interdit.
    Il y a souvent chez l' enfant la pensée que les selles sont un morceau de lui -même.Il arrive donc assez
    fréquemment qu'un enfant ait peur de faire ses besoins ( surtout caca) dans les WC ou le pot, de vider ou de
    voir vider son pot, de tirer ou se voir tirer la chasse d'eau.
    Francoise Dolto, psychanalyste ( www.dolto.fr ) , disait l'importance de clarifier très simplement pour l'
    enfant ce que sont les déjections.Le caca n'est pas une partie du corps, c'est la partie de nourriture qui n'est
    pas utile pour lui.Quand on mange et qu'on boit, le corps prend tout ce qui est bon pour lui.Le reste est rejeté
    sous forme de caca et pipi.
    Il est donc intéressant que l' enfant participe dès le début de l'apprentissage au vidage du pot et au tirage de
    la chasse.
    3-En pratique
     Les décisions d'aller sur le pot ou de remplacer la couche par la culotte, ainsi que leurs mises en oeuvre,
    appartiennent à l' enfant et à sa famille.
    • Décider - Coordonner
    La coordination des parents et des adultes extérieurs qui interviennent auprès de l' enfant ( assistante
    maternelle, grand parents ....) est essentielle.Une attitude éducative partagée par l'ensemble des adultes l' 
    aide à vivre au mieux cette étape.Quand ce n'est pas possible, une concertation est nécessaire pour que les
    différentes approches soient connues et reconnues par tous, parlées et expliquées à l'enfant.
    • Donner les moyens à l'enfant

    Il s'agit bien là de l'aider à faire tout seul.Et pour cela, les adultes doivent à la fois lui fournir un cadre

    matériel et affectif sécurisant et lui laisser une place centrale.Faire pipi tout seul ne doit pas être un

    parcours de combattant.

    • Les vêtements

    L'enfant sera plus actif et partie prenante s'il porte des habits qu'il peut facilement ôter et remettre tout

    seul.

    A éviter donc les jeans, les salopettes, les culottes serrées et les robes qui compliquent la tâche.

    • Le pot

    L'accès au pot ou aux WC doit être libre et aisé.Le pot est toujours au même endroit: à priori dans les WC ou

    la salle de bains.L'enfant ne doit pas être mis au pot avant qu'il soit capable de s'y asseoir et de s'en relever

    seul.L'enfant peut manifester lui même le désir d'aller au pot.Il est important que les adultes tiennent compte

    de sa demande.

    • La couche
    De nombreux enfants ont besoin de la couche pendant les temps de sommeil, alors qu'ils n'en portent déjà
    plus pendant les périodes d'éveil.Grandir, rester petit : l'enfant peut avoir besoin d'une période de transition
     au cours de laquelle la couche sera réclamée, rejetée, demandée à nouveau.
    En conclusion, la propreté est considérée comme acquise lorsqu'elle est réalisée de façon autonome, banalisée
    par l'enfant et son entourage.L'enfant gardera ainsi de cette expérimentation la notion qu'il peut avancer
    avec plaisir sur le chemin de l'autonomie.
     
    « l'adaptation separationSyndrome du bébé secoué »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :